Pedro Izquierdo, connu sous le nom Pello el Afrocán, a créé en 1963 ce rythme populaire, le Mozambique, joué pendant la récolte de la canne à sucre, ce qui a contribué à populariser la danse à tout le peuple.

C'est une expression de chant et de danse qui est devenue populaire au cours des festivités du carnaval Habanero, au début des années 70. Pour ses caractéristiques rythmiques, ainsi que par le style de chant qui se développe, il est étroitement lié à des éléments de la Rumba et de la Conga. Le rythme est une fusion afro-cubaine que Pello a appelé un ragoût: Abakuá, Yoruba, Congo, Carabalí et Jiribilla. Naturellement, le rythme est lié à une danse dont les étapes ont été conçues par El Afrokán lui-même et plus tard, stylisés par le chorégraphe Guanari Amoedo. « Le Mozambique est la marche, la marche dans le temps », comme son inventeur l'a définie.

«Le Mozambique est joué avec 12 congas, deux grosses caisses, trois cloches, une poêle à frire, quatre trompettes et trois trombones. Une innovation. Les percussionnistes ont été exceptionnels, c'est ma spécialité. J'ai créé un jeu avec cinq batteurs conga ».

Bien que le Mozambique ait atteint une grande popularité, la difficulté à réaliser l'exécution en ensemble limite ses possibilités de développement. L'instrumentation a été excessive, en particulier pour un groupe qui promeut la danse dans des espaces limités dans des manifestations de rue. Les instruments sont : percussions, casseroles, cloches, congas et bongos.

Pilon y Mozambique. Bailes de Salon Cubanos. Gladys y Antonio

80


Ballet Folklorico de Camaguey

81


Pello el Afrocán 1964 "Maria Caracoles"

82